Les Samadhi du Samedi | Ep.56

Les Samadhi du Samedi | Ep.56

Les Samadhi du Samedi – LE MIROIR DE NARCISSE

«Nous sommes ce que nous répétons chaque jour», disait Aristote, avant de connaitre les réseaux sociaux et sans avoir pu prévoir qu’ils seraient une preuve inquiétante du manque d´estime de soi qui habite l’humanité des temps présents, au point de mesurer nos vies en fonction du suivi de nos messages, la perfection de nos autoportraits et le nombre de nos bougies d´anniversaire sur Instagram, dont le nom indique pourtant la brièveté et La légèreté.
 
Le déficit d´auto-estime est une des raisons de l’épidémie de dépression qui parasite la vie de beaucoup de nos contemporains.
 
Le manque de confiance en soi bloque la capacité naturelle de s’écouter, s’exprimer, se respecter, s’affirmer et surtout croire en la force inépuisable que tout être humain porte en soi, non seulement pour affronter les difficultés mais aussi et surtout pour manifester la force de son être intérieur.
 
De de nos jours, les consultations psychothérapeutiques s’emplissent de personnes qui évitent les situations personnelles ou sociales qui représentent le risque d´être désapprouvé, rejeté, ou dévalorisé.
 
La peur du refus et du conflit se manifestent sous la forme de comportements agressifs au volant, dans les espaces publiques, on maquille la peur d´autrui et les différences sociales par une agressivité de surface qui cache mal le déficit assertif.
 
Craindre et éviter le rejet d´autrui est un réflexe que les bébés assimilent avec le lait maternel et que les adolescents et les adultes répètent à l’infini si une éducation positive ou la recherche d’une aide appropriée ne les encouragent pas à désactiver les mécanismes de répression de soi qui les assujettissent.
 
Tout comme l´auto-estime, l´affirmation de soi, ses propres valeurs ou croyances ne signifie pas agresser le chauffeur, bousculer le piéton, le voisin, l’employé pour prendre sa place, son espace ou son opinion. L’objectif est de connaitre et faire respecter sa place, défendre son propre idéal, faire confiance à sa propre intuition pour atteindre ses propres objectifs, pour soi-même et non pas contre qui que ce soit. Parce que personne n’a à vivre notre vie.
 
Chacun de nous est seul maitre de la créativité qui nous porte non seulement dans l´adversité mais aussi dans la joie de vivre, de sentir, de percevoir et de jouir de nos pensées, nos émotions, nos besoins.
 
Marie-France Cathelat
Lima, 7 Mars 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *