Il faut dire que les temps ont changé – Daniel Cohen

Il faut dire que les temps ont changé – Daniel Cohen

Il faut dire que les temps ont changé

Daniel Cohen pense que nous sommes en train de comprendre ce qui s’est passé depuis cinquante ans. L’hystérie du monde du travail, la grande protestation des peuples, l’enfermement des nouvelles générations dans une espèce de présent perpétuel, sont les conséquences de l’effondrement d’une civilisation: celle de la société industrielle.
 
L’une après l’autre, les utopies de gauche et de droite se sont fracassées sur une réalité qu’il est désormais possible de désigner par son nom : la société digitale. Elle nous transforme en une série d’informations qu’un logiciel peut traiter à partir de n’importe quel point du globe.
 
Une immense frayeur traverse la société. Le travail à la chaine d’hier a-t-il laissé la place à la dictature des algorithmes? Les réseaux sociaux sont-ils le moyen d’un nouveau formatage des esprits? Par un formidable retour en arrière, les questions de l’ancien monde sont en train de resurgir au cœur du nouveau. Les temps changent, mais vont-ils dans la bonne direction?
 
Ce livre iconoclaste permet de comprendre le désarroi dont le populisme est l’expression. Il décrypte d’une façon lumineuse des événements dont le sens nous échappe parfois, tout en ayant l’ambition de veiller à la défense des valeurs humanistes au nom desquelles le nouveau monde a, aussi, été créé.
 

L’AUTEUR

Daniel Cohen
Daniel Cohen, né le 16 juin 1953 à Tunis, est un économiste français. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1973-1976), c’est un spécialiste de la dette souveraine.
 
Daniel Cohen est professeur d’économie à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (section mathématiques), vice-président de l’École d’économie de Paris, dont il a été l’un des membres fondateurs, et directeur du Centre pour la recherche économique et ses applications (CEPREMAP). Il fut notamment membre du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier ministre entre 2010 et 2012.
 
Il est conseiller à la banque Lazard, avec laquelle il a conseillé le Premier ministre grec Geórgios Papandréou et le président équatorien Rafael Correa pour la renégociation de la dette de leurs pays. Il a participé, avec la Banque mondiale, à l’«initiative de réduction de la dette des Pays Pauvres Très Endettés» (initiative PPTE).
 
Daniel Cohen se définit comme un « économiste pragmatique».
 
éditions : Albin Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *