Les Samadhi du Samedi | Ep.8

Les Samadhi du Samedi | Ep.8

Les Samadhi du Samedi – L’œil aveugle

Des études récentes de scientifiques du monde entier, comme le Prof. Boris Cyrulnik, le Dr Max Wintermark, le Prof. Samer HATTAR ou le Prof. Hyung Suk SEO sont alarmants:
 
Ce dernier a étudié les images IRM du cerveau d’adolescents de 15 ans, la moitié accro aux téléphones cellulaires et l’autre qui ne l’était pas. Les résultats de l’étude montrent l’impact négatif de la dépendance des smartphones sur une molécule cérébrale indispensable à notre équilibre émotionnel. Les conséquences de la dépendance à l’affichage portable produisent des effets similaires à ceux qui souffrent d’anxiété, d’insomnie ou d’impulsivité incontrôlée. Cela révèle que le niveau de neurotransmetteur GABA (responsable de l’inhibition) a dépassé les taux normaux et pourrait expliquer les troubles anxieux et une diminution de l’activité cérébrale chez les sujets observés.
 
Samer HATTAR, professeur de biologie à l’Université John Hopkins a observé que les personnes qui utilisent leurs écrans avant de dormir montrent des niveaux plus élevés de cortisol (l’hormone de stress) que la normale.
 
Max Wintermark, un médecin en radiologie et directeur de la recherche et de la neurobiologie à l’Université de Stanford, « il s’agit de la première recherche sur la toxicomanie sur Internet qui donne des résultats qui sont comparés à ceux effectués sur l’effet de substances telles que l’alcool sur le cerveau ».
 
Après une thérapie cognitive dans laquelle ils ont été privés de la cellule, les niveaux de GABA sont retournés à la normale après 2 mois. Ils avaient retrouvé un meilleur niveau d’expression et ont développé un intérêt pour de nouvelles activités.
 
Le « smartphone » seul produit ayant des conséquences sérieuses telles que la dépression précipitante, selon des études de Kevin Morgan, professeur à l’Université de Loughborough, spécialisé dans les troubles du sommeil.
 
Comme pour le professeur Boris Cyrulnik, qui lui est exceptionnellement drastique: « pas d’écran du tout avant l’âge de trois ans ». Pour ce neuropsychiatre, promoteur et chercheur des mécanismes de résilience, l’enfant construit sa psyché et son processus de socialisation des interactions avec d’autres êtres. L’écran produit une altération de l’empathie et des troubles du développement affectif: il ne crée pas d’échange, l’enfant fait l’objet de ses propres pulsions et, adolescent, il sera plus enclin à être emporté par eux et « à passer à l’acte », comme la violence croissante le laisse apercevoir.
«Nous envoyons des messages téléphoniques avec des émoticônes, mais sans ressentir d’émotion. La communication sur Internet n’est pas une relation. L’ordinateur ne me regarde pas dans les yeux, il ne sourit pas et il n’est pas ou il s’exprime.
 
Le monde de la technologie est comme le monde du mot. C’est merveilleux et terrifiant en même temps. Il est vrai qu’avec Internet, nous pouvons mieux communiquer, mais nous nous déconnecter de l’autre.
 

« Le paradoxe de la condition humaine est que pour devenir soi-même, il faut l’influence des autres »
Boris Cyrulnik (citation: 5 fév. 2019 Paris)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *