Warning: "continue 2" targeting switch is equivalent to "break 2". Did you mean to use "continue 3"? in /home/ufeperou/public_html/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2858

Warning: "continue 2" targeting switch is equivalent to "break 2". Did you mean to use "continue 3"? in /home/ufeperou/public_html/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2862
- UFE-Pérou Les Samadhi du Samedi - EM = PMPN

Les Samadhi du Samedi | Ep.19

Les Samadhi du Samedi | Ep.19

Les Samadhi du Samedi – EM = PMPN

Tout être humain apprend la souffrance à un moment ou un autre de sa vie mais dans cette expérience de la douleur physique, lorsqu´elle est naturelle ou accidentelle, il n’y a alors pas de processus volontaire de deshumanisation ni de volonté de destruction de notre personnalité.
 
En échange, l´enfant maltraité par ses Parents est un survivant amputé d´une partie de sa condition humaine, humilié, dans l´image de soi déchirée avec laquelle il va devoir se représenter et se dire aux autres. A force d´être dévalorisé, intimidé, culpabilisé, l´enfant se construit dans un rapport bourreau-victime assez semblable au syndrome de Stockholm.
 
Son organisation psychique s´établit à partir de comportements de soumission, sans estime de soi, ou avec une valorisation fluctuante sujette à ses succès personnels qu´il méconnait, il ignore ses désirs, ses besoins, collectionne les défaites affectives, et a une grande difficulté à se projeter dans l´avenir, donner sens à sa vie. A force de s´initier au plaisir qu´éprouve son bourreau quand il le méprise, le maltraite s´acharne sur lui physiquement ou psychologiquement, il acquiert la peur d´être ou de devenir plus tard un pervers narcissique.
 
Les conditions de cette souffrance instaurent plusieurs mécanismes de réaction : la représentation de soi dévalorisée, la culpabilité d´avoir cédé au tortionnaire ou cherché a le complaire, la rumination permanente qui avive les perceptions de souffrance, ou la révolte avec sa dose de courage que facilite la haine. L´intensité de la souffrance et la difficulté à s´en détacher devient alors plus tard le thermomètre, la mesure ineffaçable du crime de l´autre.
 
Le pardon ne vient jamais de celui qui nous agresse. Espérer, attendre, prétendre que l´agresseur qui nous poignarde au coin d´une rue se retourne pour appeler le Samu ne relève pas du bon sens. Quelque soit la déchirure ou l´impact qui l´a provoquée, il s´agit d´un effondrement narcissique qui requiert un retrait qui apaise dans le temps et un espace entre le PM et l´enfant qui devra chercher un accompagnement pour éviter l´isolement relationnel et affectif, le déni ou la honte qui sont si souvent les déterminants de la reproduction de la violence.
 
Mais, malgré les mandats de la transmission génétique, un enfant maltraité n´a aucune raison inéluctable de devenir un Parent maltraitant. Il peut choisir de renoncer au plaisir de maltraiter puisqu’il ou elle connait la gravité et les conséquences du mal qu´il inflige. De la même manière, et ce choix est complexe et difficile, l´enfant maltraité peut un jour renoncer à se culpabiliser ou culpabiliser l´autre en comprenant que c´est le pardon qu’il s´octroie à lui-même pour avoir soutenu le rôle de victime dont il a réellement besoin pour cicatriser ses blessures et s´en libérer.
 
EM: Enfant Maltraité = PMPN: Parent Maltraitant Pervers Narcissique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *