Warning: "continue 2" targeting switch is equivalent to "break 2". Did you mean to use "continue 3"? in /home/ufeperou/public_html/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2858

Warning: "continue 2" targeting switch is equivalent to "break 2". Did you mean to use "continue 3"? in /home/ufeperou/public_html/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2862
Pachacámac et le dieu "Créateur de la Terre" Pacha Kamaq

Pachacámac - Lurin - UFE Pérou

Photo : Kat Walsh – Wikipedia – CC-BY-SA-3.0

Pachacámac et le dieu « Créateur de la Terre » Pacha Kamaq

Pachacámac est un site archéologique situé sur la rive droite de la rivière Lurín, très proche de l’océan Pacifique et devant un groupe d’îles homonymes. Il est situé dans le district de Lurín, dans la province de Lima, au Pérou. Il contient les restes de divers bâtiments, datant de l’Intermédiaire précoce (3ème siècle) à l’Horizon tardif (15ème siècle), avec les meilleurs bâtiments incas conservés (1450-1532).
 
Il y avait un ancien oracle pré-hispanique construit essentiellement avec des briques d’adobe, qui, avec Cuzco dans les montagnes, est situé sur la côte le principal lieu de culte du dieu Pachacámac, qui a été attribué à la création de l’univers et tout ce qu’il contient.
 
Pachacámac - Lurin - UFE Pérou

Photo: Paulo JC Nogueira – Wikipedia – CC-BY-SA-3.0

 

Histoire du Sanctuaire

Pachacámac était le sanctuaire principal de la côte centrale depuis plus de mille ans et ses temples étaient fréquentés par des foules de pèlerins à l’occasion des grands rituels andins, Pachacámac étant un oracle capable de prédire l’avenir et de contrôler les mouvements de la terre. Au sanctuaire de Pachacámac, des gens de toutes les Andes sont également venus chercher des solutions à leurs problèmes ou des réponses à leurs doutes.
 
Le mot Pachacámac signifie «âme de la terre, celle qui anime le monde». Les anciens Péruviens croyaient qu’un seul mouvement de leur tête causerait des tremblements de terre. Il ne pouvait pas être regardé directement dans les yeux, et même ses prêtres entraient dans la pièce à reculon. Le culte de Pachacámac était le centre de toute religion côtière.
 
Le sanctuaire est situé dans la vallée de Lurin, dans le district de Lurin, qui constitue le cadre territorial de sa localisation et sur les bords duquel s’établirent, depuis trois mille ans, une série de villes profitant de ses eaux. Les premières occupations datent de la période archaïque (5000 avant JC); puis, dans la période Formative (1800 av. J.-C. – 200 av. J.-C.), Mina Perdida, Cardal et Manchay se distinguent; À la fin du formatif (200 av. J.-C. – 200 apr. J.-C.), il existe différents styles locaux tels que Tablada de Lurín et Villa El Salvador.
 
A partir des données archéologiques fournies par les enquêtes, nous savons que l’occupation du sanctuaire archéologique de Pachacámac a commencé dans le formatif tardif, parce que dans la pampa située en face de la zone monumentale il y a un cimetière correspondant à des personnes qui ont probablement vécu de la pêche, de l’agriculture et de l’exploitation des collines. Sa céramique, appelée El Panel, comprend des bouteilles sculpturales en forme d’oiseaux et de félins. Ces anciens colons excellaient également dans la fabrication d’artefacts de cuivre.
 
Pachacámac - Lurin - UFE Pérou

Photo: Laslovarga – Wikipedia – CC-BY-SA-3.0

 
Pendant la période des développements régionaux (200-600 avant JC), la culture de Lima a été développée et distribuée le long de la côte centrale dans les vallées voisines de Chancay, Chillón, Rímac et Lurín. La construction du sanctuaire a commencé dans cette période, Pachacámac étant le centre le plus important de la vallée de Lurín. A cette époque, le Vieux Temple, une masse imposante faite avec des « adobitos » (forme des panneaux) avec la technique « libraire » a été construit.
 
De 600 à 1100 après JC. les preuves de l’empire Wari sont concentrées à Pachacámac. L’apocalypse de l’oracle de Pachacámac s’est produite précisément pendant la période Horizon Médian – Wari, quand elle est devenue un centre religieux qui a attiré un grand nombre de pèlerins, atteignant une première splendeur « panandienne ». De cette période date un vaste cimetière, creusé par Max Uhle en 1896, qui se trouve au pied et au-dessous du temple de Pachacámac, ainsi qu’une série d’offrandes en céramique trouvées dans la région.
 
Vers 1100, l’Ychma établit son centre de pouvoir à Pachacamac, avec une série de logements et d’établissements administratifs comprenant des pyramides avec des rampes, entre autres, Tijerales, Quebrada Golondrina, Pacae Redondo et Panquilma, dans la vallée de Lurín. En 1470, les Incas avaient établi à Pachacámac une capitale provinciale importante où se distinguaient des bâtiments comme le Temple du Soleil et l’Acllawasi, entre autres. L’importance religieuse de Pachacámac a été ajoutée comme l’un des principaux centres administratifs de la côte au cours de cette période.
 
À l’arrivée des Espagnols, en 1533, Pachacámac était le sanctuaire le plus important sur la côte, comme le réclament les récits des conteurs. L’abandon du sanctuaire de Pachacámac date de l’époque de la colonie. Au fil du temps, des chercheurs de premier plan tels que Max Uhle, Julio C. Tello, Arturo Jiménez Borja, Izumi Shimada et Denise Pozzi-Escot (directrice du Musée du site de Pachacámac, entre autres) ont contribué à d’importantes recherches pour comprendre le sanctuaire.
 
Actuellement, le ministère de la Culture, continue de développer une série de recherches et de conservations pour contribuer à la connaissance et la diffusion de ce patrimoine archéologique important.
 

Description

 
Vieux Temple
Aussi appelé le Temple de Pachacamac ou Temple Primal. C’est le plus ancien bâtiment du complexe. Il est actuellement très détruit, bien qu’il y ait des restes de ses murs de soutènement. Il est basé sur un promontoire rocheux et se caractérise par l’utilisation massive de petites briques d’adobe brut (séché au soleil), style qui permet de le situer chronologiquement au début de l’Intermédiaire, sous l’influence de la culture de Lima (IIIe-VIIe siècles).
 
Pachacámac - Lurin - UFE Pérou

Photo: Charles Gadbois – Wikipedia – CC-BY-SA-3.0

 
Temple du Soleil
C’est le bâtiment le plus grand et le mieux conservé de Pachacámac. Il s’élève également sur un promontoire rocheux, très proche de la mer, s’élevant à environ 40 m du sol et dominant l’ensemble. Il a été construit par les Incas vers 1450 avant J.C. comme sanctuaire du Dieu Soleil, la divinité officielle du Tahuantinsuyo. Il se compose de cinq plates-formes qui se chevauchent, qui forment ensemble une pyramide tronquée. Leurs bases sont constituées principalement par des murs de pierre bordés ; le reste du bâtiment est construit avec de grands adobes, joints avec du mortier de boue. Les pierres et les adobes étaient enduits de couches de terre fine, avec des traces peintes dans toute leur extension d’une couleur écarlate ou vermillon intense. Sur sa façade occidentale, face à la mer, se dresse une rangée de niches trapézoïdales au style inca indubitable.
 
Ce fut le temple que les Espagnols, commandés par Hernando Pizarro, profanèrent en janvier 1533, d’après la chronique de Miguel de Estete. Les Espagnols, qui cherchaient de l’or et l’argent se sont hissés au sommet de la pyramide, dans une petite chapelle, on trouvait l’idole du dieu Pachacamac, sculpture sur bois, qui a été enlevée et brûlée. L’événement a déplacé les indigènes, qui ont craint une catastrophe comme punition; Cependant, rien ne s’est passé. Par la suite, les prêtres espagnols se sont efforcés d’enlever ce qu’ils appelaient «les haïssables» et détruire les «temples du diable», selon la conception catholique. Mais selon des études menées par le chercheur Maria Rostworowski, l’ancien culte de Pachacamac a une chanson syncrétique pérenne avec le culte catholique moderne, le Seigneur des Miracles, aussi appelé le Christ Pachacamilla et, comme par hasard, il a aussi comme couleur symbolique le pourpre, semblable à l’écarlate ou le vermillon, utilisé abondamment dans le cérémonial du dieu de Pachacámac (ou Ichma, son nom d’origine).
 
Temple de la Lune ou Mamaconas
Aussi appelé Sanctuaire de la Pachamama. C’est Max Uhle qui l’a appelé le Temple de la Lune, tandis que Julio C. Tello l’a appelé Mamaconas. Il a été restauré par Alberto Giesecke en 1938 et ensuite par Tello en 1940. Les dommages sérieux qui sont actuellement notés dans sa structure ont été provoqués par le tremblement de terre de 1940 et d’autres tremblements subséquents.
 
C’était sans aucun doute un Acllahuasi ou maison des acllas, résidence des femmes choisies, que les Espagnols assimilaient aux vestales de la Rome antique. Il est situé dans la partie inférieure de la zone occupée par les ruines de Pachacámac. Il présente des gradins, des patios, des sites cérémoniels, des réservoirs d’eau, des dépôts et d’innombrables pièces. C’est dans ce bâtiment que l’on distingue, plus clairement que dans d’autres, le style architectural Inca, non seulement pour ses niches trapézoïdales à double jambage et ses portes, mais aussi pour les pierres de ses murs qui se distinguent par une facture Cuzco incomparable. Les niches dépassent 2m de haut et ont peut-être servies de niches d’idoles provenant de diverses provinces.
 
Le Palais de Tauri Chumpi
C’est un complexe architectural qui se trouve sur un promontoire rocheux, au nord, considéré comme la résidence de Tauri Chumpi ou Taurichumbi, le gouverneur Inca ou le gouverneur de Pachacámac lors de l’arrivée des Espagnols. Ce fut précisément Tauri Chumpi qui reçut Hernando Pizarro et son petit hôte en 1533. Ce serait donc un exemple de l’architecture civile de Pachacámac. Il présente de hauts murs, des dépôts, des corrals et des chambres.
 
«Nunciaturas» regionales
Il est connu comme « nunciaturas » un ensemble de 16 bâtiments pyramidaux avec des rampes, datant entre 1100 et 1450 (période de la culture Ichma). La base de chacun est faite de pierres tranchantes et le reste est fait d’adobe ; ses murs étaient enduits.
 
Quand les Espagnols sont arrivés, ils étaient déjà abandonnés. Actuellement, la plupart d’entre eux sont dans une situation ruineuse. Uhle les a appelés « palais ». Le nom de « nunciatura », dérive de quelques rapports consignés dans la chronique d’Antonio de la Calancha (1639), dont il est déduit qu’à Pachacámac ont été érigées quelques espèces de sièges diplomatiques-religieux, qui représentaient les différentes nations du monde Andin qui adoraient les dieux (Kauffmann 2002).
 
Pachacámac - Lurin - UFE Pérou

Photo: Charles Gadbois – Wikipedia – CC-BY-SA-3.0

 
Deux de ces pyramides ont été étudiées :
• La pyramide avec le bâtiment Rampa I ou JB (Jiménez Borja), qui entre 1968 et 1969 a été soumis à des travaux de nettoyage et de consolidation par Arturo Jiménez Borja et Alberto Bueno. Ce bâtiment nous donne une idée claire de la façon dont le chantier d’une pyramide avec une rampe était : une grande cour avant, puis le volume pyramidal accessible par des rampes. Au sommet de la pyramide, une présentation architecturale en forme de ferronnerie ouvre une série de petites ouvertures. Derrière la masse pyramidale il y a de grands dépôts pour la nourriture.
• La pyramide avec Rampa II, a été étudiée scientifiquement entre 1981 et 1983 par l’archéologue Ponciano Paredes avec la supervision de Jiménez Borja.
 
Temple Peint
Aussi connu sous le nom de temple Pachacamac, c’est une pyramide à gradins d’environ 100 m de long et 50 m de large. Comme les autres bâtiments, sa base est en pierre et ses structures supérieures en adobe, toutes recouvertes d’une fine couche de boue. Il atteint son sommet par un chemin en zigzag qui monte au moyen de longues rampes, où il y a deux grands patios. Sur trois de ses côtés, il y a neuf terrasses ou plutôt des marches, quelque peu courbées et de presque un mètre de haut. Ces terrasses avaient à l’origine leurs murs peints en rouge et certains de leurs secteurs ont présenté des figures multicolores qui représentaient des personnes, des poissons, des animaux marins et des plantes en rose, jaune et bleu verdâtre. Ces peintures, découvertes dans les années 1930, sont actuellement dégradées ou complètement effacées. En raison du style de ses peintures, ce sanctuaire peut être situé à l’époque de l’influence Tiahuanaco-Huari (650-900 avant J.C.).
 
Place des Pèlerins
C’est un grand espace rectangulaire de niveau, en face du côté ouest du Temple du Soleil. Il date de la période Inca (1450 avant J.C.) et servait vraisemblablement d’antichambre aux pèlerins qui allaient consulter l’oracle de Pachacámac. Il s’étend sur environ 300 m, avait des murs et comprenait un siège ou un trône (ushnu). Vous pouvez également voir les fondations d’une double rangée de colonnes, qui traversent le centre et les côtés de la cour, la même qui pourrait servir de support pour un toit ou une couverture légère, peut-être Totora. Une troisième rangée de colonnes est observée en direction du Temple du Soleil.