Les Samadhi du Samedi | Ep.33

Les Samadhi du Samedi | Ep.33

Les Samadhi du Samedi – “LES NEURONES GANDHI”

Lorsque Aristote disait que « l´homme diffère des autres animaux en ce qu´il est le plus apte à l´imitation » (*) il devançait de plusieurs siècles les découvertes qui, à partir de l´observation des macaques et des oiseaux ont permis aux éthologues de découvrir ce que Ramachandran(**) a baptisé comme les « neurones miroirs » ou neurones Gandhi qui sont l´expression de notre compréhension d´autrui.
 
Cette zone jusqu`alors méconnue de notre cerveau a pour mission de décharger un potentiel d´actions qui pousse un individu à exécuter un mouvement ou une action similaire à celle qu’il voit, entend ou perçoit exécuter par un être semblable à lui. Cette contagion émotionnelle que nous partageons avec certaines espèces moins développées nous permet de nous exprimer par les mains, les sons, les expressions.
 
Au niveau humain, cette capacité cérébrale que nous utilisons depuis des millions d´années est aussi celle qui nous permet, au niveau symbolique, le partage des mêmes règles de vie, des croyances convergentes, la représentation ou l´idée que nous nous créons de l´objet convoité, de l´idéal, le lien avec une forme déterminée de sacralité commune.
 
Depuis l´origine de l´humanité, ce lien qui inscrit le « Moi » dans le « Nous » suppose surmonter l´égoïsme des pulsions en faveur d´un « Tout » qui n´est finalement ni génétique, ni ethnique, ni culturel, mais plutôt un mécanisme de survie de l´espèce, basé sur la perception de codes de compréhension des signaux émis par autrui.
 
C´est peut-être cette « Fratrie » que les hommes parviennent à créer à un moment, un instant, un espace de leur vie pour combattre un ennemi commun, défendre une cause qui semblerait juste, suivre un leader, défendre leur foyer ou soutenir leur équipe de foot. Plus qu´être fier d´être, il s´agit sans doute d´être fier de désirer un résultat, construire un avenir que l´on projette, la représentation d´une transcendance ou d´une transmission de valeurs partagées.
 
Les Grecs de l´Antiquité et la plupart des peuples consacrent des rituels à ce passage ou l´homme adolescent devient adulte parce qu’il reconnait les signes qu´émettent les plus sages au travers de leurs neurones miroirs.
 
Notre Siècle XXI semble marquer une scission par rapport à cette tradition inscrite dans nos cerveaux pour marquer le passage d´une étape de dépendance dans le berceau familial à l´entrée dans la vie civique et la responsabilité sociale. De fait, les rites de passage comme les examens, le service civique ou militaire, les examens, les épreuves ou les championnats disparaissent et doivent en quelque sorte être réinventés par le voyage, l´apprentissage des langues ou l´exil pour découvrir « l´autre » , ses gestes, ses codes, ses besoins.
 
A l´heure où une partie de la planète berce dans l´opulence alors que des millions d´être humains vivent dans l´extrême pauvreté, la souffrance, la peur, la faim, ne serait-il pas temps, puisque nous sommes la génération la plus immédiatement bombardée d´images et d´informations « en direct », de mettre nos « Neurones Gandhi », celles de la compréhension et la compassion, en phase avec celles de nos semblables, dont l´angoisse du regard et l´expression de détresse, sont pourtant d´une évidente clarté.
 
Marie-France Cathelat
Samedi 7 Septembre 2019
(*) Poétique et Rhétorique 4 Traduction par Charles Emile Ruelle.
(p. 6-10).
(**) Dr. Vilayanur S. Ramachandran , Neurologue Hindú célèbre par ses travaux concernant la neurologie de la conduite et la psychophysique.
(*) Aristote : Poétique ,4)
(**) Dr. Ramachandran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *