Les Samadhi du Samedi | Ep.30

Les Samadhi du Samedi | Ep.30

Les Samadhi du Samedi – « LE LÂCHER PRISE »

Une des expériences les plus difficiles que nous réserve le chemin de la vie est sans doute d’apprendre à lâcher prise, apprendre à s’éloigner de ceux qui ne sont pas prêts pour être proches de nous sans nous blesser.
 
Cesser de chercher à convaincre celui ou celle qui ne souhaite pas changer, cesser de fréquenter ceux à qui notre présence indiffère, cesser de donner notre temps, notre énergie et notre amour à qui n’en a cure, cesser de s´apitoyer sur celui qui nous choisit comme bouée de sauvetage, renoncer à l´idée de plaire à tout le monde, reconnaitre que chaque étape de nos vies nous place au centre d´un cercle de personnes et de situations qui correspondent à notre niveau de conscience, c´est aussi éliminer du cercle ceux qui vivent aux dépens de notre attention, notre affection, nos ressources intellectuelles, matérielles et émotionnelles.
 
L’amour qui ne commence pas par se reconnaitre en soi n’a aucun crédit universel, Ce n’est donc pas manquer d´altruisme, ni de compassion que de s’éloigner de ceux qui ne savent pas ou ne sont pas prêts à rétribuer une dose équivalente de respect, d’harmonie, de désir d´avancer.
 
Chacun des êtres humains que nous rencontrons est une occasion, une possibilité d´apprentissage, une expérience, mais il nous incombe de savoir déceler ceux avec lesquels nous pourrons poursuivre le chemin. Plus nous nous efforçons de nous convaincre que telle personne est unique, telle autre indispensable, et ce succès, ce diplôme ou cet objet essentiel à notre réussite, plus nous nous éloignons de la paix qui, seule, apporte le bonheur.
 
Il est dur de tourner une page, difficile de ne pas répondre à tous les messages, difficile de laisser sonner le portable ou ne pas répondre aux agressions, aux médisances et à la cruauté de l’amie ou l’amant qui se révèle si différent de l’image que nous avons construite à partir de notre besoin d´être reconnu, choyé aimé.
 
Il est difficile d´admettre que nous ne pouvons pas faire partager nos rêves à tout le monde, ni sauver le monde entier ni aller au secours de tous les naufragés de la vie. Il est déchirant de ne pas pouvoir empêcher son enfant de trébucher, se blesser ou souffrir, il est dur de constater que nous ne sommes qu’une particule d´énergie qui rayonne au travers d´un certain nombre de cellules réunies dans ce que nous appelons notre corps et que cette énergie ne peut grandir que lorsqu’elle entre en contact avec des êtres dont la fréquence est équivalente ou supérieure et qui partagent le même désir d’aller plus loin.
 
C´est en laissant aller tout ce qui ne convient pas à notre équilibre et notre joie intérieure que l´abondance universelle peut nous apporter les amours, les amis, les moments vrais, harmonieux, sincères que nous avons le droit d´attendre et de vivre.

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *