Saint-Nicolas, l’ancêtre du Père Noël ?

Saint-Nicolas, l’ancêtre du Père Noël ?

Saint-Nicolas, l’ancêtre du Père Noël ?

Comme tout saint qui se respecte, Saint Nicolas dispose désormais d’une date bien à lui dans notre calendrier, le 6 décembre. C’est à cette date qu’il visite les maisons pour récompenser les bons élèves qui méritent de joyeuses fêtes.
 
L’Allemagne a commencé à la marquer d’une pierre blanche au Xe siècle ! La Saint-Nicolas fait aussi figure de tradition dans les pays nordiques. Hollandais et Allemands ont importé sa légende aux Etats-Unis, dès le XVIIe siècle.
 
Des régions françaises célèbrent aussi sa « venue » très tôt : particulièrement populaire dans le Nord de la France, il l’est encore davantage dans l’Est du pays. Saint Nicolas passe chaque 6 décembre voir les écoliers en Lorraine et distribuer bonbons, pain d’épice et chocolat tandis qu’ils l’accueillent en chanson. Il défile également le long des rues sous les yeux brillants des petits et des grands. À Nancy par exemple, les fêtes de Saint Nicolas durent traditionnellement tout un week-end. Et elles mêlent feu d’artifice XXL, défilé de chars et même remise symbolique des clefs de la ville au Saint-Patron par le maire en personne. Bref, entre musique, parade et marché, les rites de la Saint Nicolas sont encore célébrés tous les ans en Lorraine, comme à Nancy ou encore dans le Nord, à Valenciennes, et bercés de chansons et légendes. L’énigmatique ancêtre du Père Noël est tout de même le patron protecteur des enfants, en particulier s’ils ont été sages. Mais le bon Saint Nicolas est aussi patron des marins, des prisonniers, des avocats, des kinésithérapeutes ou encore des hommes célibataires (quand Sainte Catherine est celle des femmes seules).
 

Les légendes de Saint Nicolas

Depuis le Moyen-âge, Saint Nicolas va de domicile en domicile dans la nuit du 5 au 6 décembre (c’est en tout cas ce que dit la légende) pour demander aux enfants s’ils ont été sages. Deux options : les marmots l’ont été et reçoivent des cadeaux ; ou bien ils n’ont pas brillé par leur discipline et le Père Fouettard, binôme de Saint-Nicolas, leur donne une correction.
 
Si Saint-Nicolas est si populaire, c’est parce que dès le Moyen-Age, il a hérité d’une casquette : celle de patron des écoliers. On dit qu’il la doit à ses nombreux miracles. Une autre légende raconte comment le futur « vrai » Père Noël évite à un homme endetté de vendre ses trois filles comme esclaves pour s’en sortir (un procédé classique dans l’Antiquité) : pendant trois nuits consécutives, l’évêque de Myre jette assez d’argent dans le logis familial (par la fenêtre ou la cheminée, les versions diffèrent) pour que le père puisse rembourser ses dettes et pourvoir ses filles d’une dot. Une autre légende dit que le bon Saint-Nicolas aurait sauvé de la tempête un bateau transportant une cargaison de blé pour la ville de Myre. Des histoires inspirées d’icônes bizantines bien réelles. Peu à peu, la tradition du Père Noël supplantera celle de son inspirateur.
 
Saint Nicolas - UFE Pérou
 

L’histoire de Saint Nicolas

Si Saint Nicolas arbore un look si reconnaissable (mitre sur la tête, crosse à la main et habit ecclésiastique sur le dos), c’est parce qu’il était évêque dans une autre vie ! C’était au IVe siècle, en Asie mineure – autrement dit, dans le sud-ouest de l’actuelle Turquie. Victime de persécutions sous le règne de Dioclétien, Nicolas de Myre, comme on l’appelait alors, fait surtout parler de lui après sa mort, un 6 décembre. On se souvient de lui comme du protecteur, bienveillant et généreux, de la veuve et de l’orphelin.
 
Au XVIe siècle, Saint Nicolas subit le bannissement dans une bonne partie de l’Europe, réforme protestante oblige. Mais les Hollandais gardent la tradition au chaud, et vont même, l’importer de l’autre côté de l’Atlantique. Normal : ils sont parmi les premiers à coloniser l’Amérique, où ils n’oublient pas d’apporter leur « Sinterklass » (Saint-Nicolas en néerlandais). De quoi donner Santa Claus (le « Père Noël » américain) un peu plus tard. Des chrétiens américains s’approprient la légende et rapprochent, dans la version moderne de la fête de Saint Nicolas, la venue du Père Noël de la naissance du Petit Jésus. Il fera donc sa tournée le 24 décembre ! Cette remise au goût du jour n’empêchera pas d’autres chrétiens de rester fidèles à la Saint Nicolas. Les enfants de Lorraine en savent quelque chose. Ils y ont gagné un deuxième Noël…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *